Professor Bernard's picture

VIP242 – La folie des banques centrales (ter)

By Bernard

En septembre, je vous ai déjà dit pourquoi les banques centrales ne devaient pas augmenter davantage le taux directeur. Nous avons appris de la leçon de 1981 et du retard de banques centrales à la fin de l’an dernier.

Nous avons observé le début de la baisse des taux d’inflation à la suite de la baisse du prix du pétrole depuis l’été. Finalement, ces hausses du taux directeurs, sans oublier les déficits fédéraux, sont elles-mêmes porteuses d’inflation, comme en font foi les taux hypothécaires.

Cette semaine, la conjoncture vient de changer. L’OPEP et ses acolytes, incluant la Russie, ont décidé de faire augmenter le prix du pétrole en baissant leur production de deux pour cent. L’annonce prochaine du taux d’inflation pour septembre sera en revanche toujours à la baisse, pense-t-on, mais celle d’octobre reviendra à la hausse. Est-ce dû aux banques centrales? NON.

Comme je l’ai écrit, c’est le prix du pétrole qui fait varier le taux d’inflation et les banques centrales sont devenues impuissantes dans ce domaine. Avec les énormes mesures sociales des gouvernements, soit leur politique fiscale, toute politique monétaire est devenue désuète et Keynes peut se retourner dans sa tombe.

On n’y peut rien: la prochaine annonce des taux d’inflation de septembre montrera une baisse, mais la suivante montrera une hausse. Je pense que toute autre hausse du taux directeur nous rapprochera d’une récession.

20221006