Professor Bernard's picture

Le royaume des idées

By Bernard

On sait tous que tout commence par une pensée.  Rien ne se fait qu’une personne n’y ait d’abord pensé.

La pensée réside dans le cerveau, composé de plusieurs milliards de neurones interconnectés entre eux et pouvant tous agir en même temps, contrairement à nos ordinateurs qui doivent agir en actions séquentielles, jamais simultanées.  Les connections entre les neurones se font via leurs dendrites et leur axone.  L’axone est unique, mais complexe et peut devenir très longue et connecter le neurone à plusieurs autres.  Les dendrites ont la même fonction, mais univoque.  Les neurones peuvent être détruits ou générés durant la vie humaine.

Le cerveau produit des pensées en quantité innombrables. La majorité de nos pensées sont inconscientes et les rêves sont un reflet, pour quelques secondes, de nos pensées de plusieurs heures.  Par contre, on peut contrôler notre pensée par notre volonté et faire travailler notre cerveau sur une question en la plaçant en exergue juste avant de dormir.  Plus tard, sans y penser directement, la pensée cherchée arrive à l’improviste: notre cerveau inconscient l’a trouvée pendant qu’on n’y pensait pas!  On peut donc penser même sans y penser.

Le résultat de notre pensée est une idée. L’idée est une pensée concrète. Évidemment, il y a toutes sortes d’idées, plus ou moins acceptables. À chacun de nous de faire un tri et de ne conserver que les bonnes idées, les meilleures idées, les idées les plus positives, les plus extraordinaires, les idées merveilleuses.

Les idées peuvent donner naissances à des croyances, liées à des émotions, ou à des certitudes, suite à des hypothèses confirmées par le processus scientifique.

Les croyances sont des idées développées, appuyées par des expériences souvent personnelles et acquises dans un contexte émotif qui accentue et confirme la croyance.  Le processus donne d’abord des opinions, qui sont des croyances temporaires.  Plus les expériences personnelles s’accumulent, surtout avec des émotions plus ou moins fortes qui confirment l’idée originale, plus vite cette opinion deviendra une conviction et on pourra même la transmettre à d’autres personnes.  Finalement, l’idée, devenue opinion et croyance, a été mutée en conviction pour se stabiliser dans notre inconscient et dans notre vie quotidienne.

Les certitudes sont des idées présentées dans un cadre scientifique, sujet à un processus de révision et de contrôle où il n’y a, en principe, aucune place pour les émotions.  L’idée est d’abord exprimée en hypothèse.  Cette hypothèse est ensuite confrontée à toutes les objections dans toutes les conditions imaginables.  Après un processus de recherche et d’expérimentation précis, l’hypothèse sera confirmée ou infirmée.  L’idée confirmée par ce processus deviendra une loi scientifique acceptée jusqu’à ce qu’une nouvelle expérience ne la réfute.

Par exemple, certaines personnes croient que la terre est plate.  Encore aujourd’hui, il y a même plusieurs sites ouèbes pour leur association et leurs supporteurs:   visitez le site original< et un site de réplique, dans l’Alaska de Sarah Palin!<  Aux ÉUA, plusieurs communautés, dont la « Flat Earth Society », le professent ouvertement et en font une question fondamentale.

Fondée en 1956 par l’anglais Samuel Shenton puis dirigée par l’américain Charles K. Johnson (décédé en 2001), la Flat Earth Society compte aujourd’hui une centaine de membres, des milliers de sympathisants (2469 sur Facebook) et environ 9.000 visiteurs pour le forum de discussion.

C’est une croyance.  Par contre, plusieurs expériences ont prouvé que la terre est ronde.  Personnellement, j’en ai fait le tour quelques fois, mais toujours d’ouest en est, dans le sens des courants aériens, en avion.  Je ne crois pas que la terre soit plate, mais qu’elle soit ronde.  J’ai cette croyance et il y a cette connaissance scientifique: deux façons de présenter des idées.

Dans le monde économique, il y a aussi plusieurs idées plus ou moins conformes à la réalité.  Plusieurs théories sont mises à l’essai, comme cette néoconomie étatsunienne, que les républicains ne peuvent pas oublier, même après la crise financière de 2008.  Quand une théorie est infirmée par les faits, certaines personnes peuvent continuer de la garder comme une croyance et il est très difficile de leur faire voir la vérité.  Et leur pays en souffre pendant une génération, jusqu’à ce que ces personnes ne meurent!

Les croyances meurent avec leurs croyants, mais les lois scientifiques demeurent après le décès des scientifiques qui les ont exposées.

Dans le domaine de l’économie, il y a aussi des croyances et des lois scientifiques.  Malgré la difficulté de faire le tri dans ces idées, on peut faire l’effort de se demander si l’idée est présentée dans un contexte émotif ou dans un contexte scientifique.  Pour ma part, j’essaie de rester dans le domaine scientifique, mais je suis humain et parfois, mes émotions prennent le dessus malgré moi.

La prochaine étape est de présenter l’économie dans le contexte scientifique.  C’est le schéma des sciences.

20150425