Professor Bernard's picture

Jacques Ménard

By Bernard

Récemment, Jacques Ménard a demandé la réinsertion d'un cours d'éducation économique adapté au XXIe siècle à l'occasion du dépôt du rapport du Groupe de travail sur la littératie financière du Canada, intitulé "L'initiation à la finance devrait commencer dès l'école primaire".

<

Donald A. Stewart, président du comité, et James Michael Jim Flaherty, Ministre des Finances

Présidé par Donald A. Stewart, grand patron de la Financière Sun Life, le groupe propose ni plus ni moins qu'un changement radical de notre perception de la littératie financière, qu'il définit comme «le fait de disposer des connaissances, des compétences et de la confiance en soi nécessaires pour prendre des décisions financières responsables». En fait, celle-ci devrait impérativement être considérée comme une «compétence essentielle».

D'où l'importance de lui faire une place dans le système scolaire, et ce, dès le primaire. Dans un rapport d'une centaine de pages, rédigé après consultations d'experts à travers le pays, le groupe recommande en effet que «tous les gouvernements provinciaux et territoriaux incorporent la littératie financière dans les systèmes d'enseignement formel, aussi bien aux niveaux primaire et secondaire qu'au niveau postsecondaire, ainsi que dans les activités structurées d'apprentissage des adultes».

Ménard<

Jacques Ménard, président du groupe BMO

Si cette recommandation est au coeur du rapport, c'est que ce ne sont pas toutes les provinces qui ont des cours d'éducation économique obligatoires. Au Québec, l'unique cours, qui se donnait en 5e secondaire, a été aboli. Une situation qu'a maintes fois dénoncée le vice-président du Groupe de travail sur la littératie financière, L. Jacques Ménard, aussi président de BMO Groupe financier pour le Québec.

«Il est déplorable qu'on laisse aller un cours comme celui-là au moment où les jeunes commencent à avoir des revenus d'emploi», a-t-il déjà dit au Devoir. D'où l'importance d'apprendre la sagesse en matière de gestion financière aux jeunes et de leur «inculquer de bonnes habitudes et des attitudes responsables». (Selon Alexandre Shields, dans Actualités économiques, 20110210)

20120117