Professor Bernard's picture

Une conclusion

By Bernard

Aujourd’hui, triple pensionné, je cherche à changer ma perception et mon attitude versus l’argent. Ma sécurité est assurée et cette sécurité est à toute épreuve. Par exemple, je n’ai rien perdu suite à la récente crise financière, qui continue à toucher les États-Unis et l’ensemble du monde; d’ailleurs, je n’avais pas perdu plus durant les crises précédentes.

Demain, parlant de mes prochaines cinquante années, je peux envisager la vie autrement qu’avant. En 2003, je me suis rappelé le conseil d’un de mes amis alors déjà retraité, Charles Labbé des Trois-Rivières, qui m’avait conseillé de décider dès le début de ma retraite l’orientation principale du restant de ma vie. C’est pourquoi j’ai décidé de venir vivre en Chine au plus tôt; j’ai pris l’avion seulement cinq jours après la signature officielle de ma retraite.

En 2003, cette décision était risquée. J’ai vécu ces risques normalement: pollution, indigestion, culture différente, frustrations, incompréhension réciproque, entre autres. Aujourd’hui, je peux dire que mes excitations et mes inhibitions chinoises m’invitent toujours à demeurer ici; je deviens plus chinois chaque jour. Évidemment, je peux décider, à quelques jours d’avis, de changer cette décision: qu’est-ce que je perdrais en quittant la Chine demain matin? Certainement moins que j’ai laissé derrière moi en quittant le Québec en 2003! Note. Ceci était vrai lors de ma première rédaction en juillet 2009, mais ce n'est plus vrai aujourd'hui!)

Et que fait l’argent dans tout ça? Voici ma réponse. La Chine est un pays d’avenir. Et cet avenir est commencé depuis plus de trente ans. On vient de donner les statistiques économiques récentes: le PIB de la Chine a augmenté de 7,9% au second semestre (2009), alors que les pays occidentaux, sauf le Canada, perdent environ 5% en moyenne, certains davantage (10.1% en Russie); ça fait une différence de 13%. Énorme!

Ça, c’est l’argent des autres et je ne vous parlerai pas de mon argent personnel. Je garde ça pour moi, et pour mes conseillers qui ont des fruits dans leurs branches. J’ajouterai simplement que mon niveau de vie, en Chine, est incomparable avec le niveau de vie dont je pourrais jouir au Québec, avec mes revenus actuels. Aujourd’hui, je peux parler avec expérience. Et je confirme cette expérience avec mon récent stage québécois.

Quant à mon avenir, il s’annonce merveilleux en Chine, avec la baisse tendancielle des monnaies occidentales comparées au Renminbi, avec la croissance économique fantastique de la Chine, appuyée sur un potentiel à peine effleuré avec plus de 50% de sa main d’œuvre encore employée dans les champs avec des outils préhistoriques, avec mon réseau personnel de milliers de Chinois que j’ai connus étudiants et qui sont maintenant des adultes en emploi ou à leur compte un peu partout en Chine et même ailleurs dans le monde. Et je pourrais ajouter d’autres éléments positifs, mes excitations, alors que mes inhibitions, ces aspects négatifs, se perdent dans la brume locale.

Je sais que peu d’entre vous partagez cette vision et je l’accepte. C’est votre vie et je vis la mienne. Et ce n’est pas fondamentalement une question d’argent, veuillez prendre ma parole là-dessus. C’est une question de réflexes conditionnels!

20120921