Professor Bernard's picture

Le Canada est un pas si bon grand pays pour y vivre

By Bernard

Traduction et adaptation d’un article de Tavia GRANT, Le Globe and Mail, 4 février 2013

Le Canada est largement considéré comme l'un des meilleurs endroits au monde pour vivre, mais une comparaison des indicateurs socio-économiques clés montre place à l'amélioration si le pays veut rivaliser avec certains de ses pairs, selon le Conference Board du Canada.  La marque, qui comptabilise 17 mesures, comme l'autosuffisance, l'équité et la cohésion sociale, n'a pas bougé dans les deux dernières décennies.

Le Canada brille par certaines mesures comme ayant un ratio de meurtres faible, une grande satisfaction du niveau de vie et par l'acceptation de la diversité culturelle, mais il y a plusieurs domaines dans lesquels il accuse un retard, notamment la pauvreté des travailleurs, le taux de participation et l'écart des revenu entre les sexes.  On dit donc que le rang médian du Canada, 7e sur 17, n'est pas à la hauteur de sa réputation ou son potentiel.  Il se retrouve loin derrière les pays scandinaves ainsi que les Pays-Bas et l'Autriche, qui tous font le tableau d'honneur.  Par contre, c'est quand même devant le Japon et les États-Unis qui ont chacun a reçu un mauvais " D. "

Voici quelques détails sur la notation du Canada.

La mobilité du revenu
Cette mesure reflète l'égalité des chances dans l'échelle des revenus.  Le Canada obtient une bonne note.  En d'autres termes, les enfants nés de parents pauvres au Canada ne sont pas plus susceptibles de rester aussi pauvres que leurs parents comme c’est le cas dans d'autres pays tels que les États-Unis ou la Grande-Bretagne.

Il y a une mise en garde, dit le rapport.  Un récent rapport de Statistique Canada a montré qu'il y a moins de mobilité tout en haut de l’échelle, ce qui suggère qu'il devient plus difficile de grimper dans le un pourcent supérieur.

La pauvreté
«De nombreux Canadiens semblent considérer la pauvreté comme quelque chose qui est un problème « là-bas » plutôt que dans leur propre pays », dit l'étude.  Toutefois, l'écart entre les riches et les pauvres s'est creusé au cours des dernières décennies, "et tous les groupes d'âge ont senti le changement."

Le taux de pauvreté des enfants a augmenté de 12,8 pour cent entre le milieu des années 1990 à 15,1 pour cent à la fin des années 2000.

Le taux de pauvreté des travailleurs a augmenté à 11,1 pour cent, étant précédemment de 9,4 pour cent.

Et le taux de pauvreté des personnes âgées a augmenté de 6,7 pour cent, n’étant que de 2,9 pour cent.

La bosse dans la pauvreté des enfants est «particulièrement décourageant», déclare le document.

La récession a également envoyé plus de Canadiens en situation de faible revenu. Le taux de faible revenu total a augmenté de 13 pour cent en 2010, étant de 12,4 pour cent en 2007.

Les avantages du Canada
Il y a plusieurs domaines dans lesquels d'autres pays pourraient s'inspirer du Canada. Le pays est le plus performant du groupe des 17 sur l'acceptation de la diversité. Il est également proche de la partie supérieure dans la mesure de la satisfaction de la vie.

Les autres mesures où le Canada se surpasse sont la mobilité des revenus, la pauvreté des personnes âgées, le revenu des handicapés et le nombre de suicides.  Il a également fait des progrès dans la réduction des taux de cambriolages.

20150911