Professor Bernard's picture

Les trains chinois

By Bernard

Les trains urbains

Les trains urbains sont parfois souterrains, comme notre métro montréalais, parfois en voies surélevées.  

La Chine double ses voies de trains urbains durant ce plan quinquennal.  Ce fut fait à Beijing pour les olympiques et cela sera redoublé d’ici peu.  À Changchun, les travaux viennent de commencer pour doubler la ligne actuelle, inaugurée en janvier 2007. 

Ma photo du train léger rapide à Changchun près de chez moi

Un jour, j’ai rencontré un haut fonctionnaire du Gouvernement de la Province de Jilin et il m’a confirmé qu’une autre ligne était autorisée, les travaux devant commencer vers 2013: ce serait la ligne sous la rue du Peuple (Renmin dajie), dont je parlais dans mon premier texte futuriste à l’automne 2003.

Les trains interurbains

Le réseau ferroviaire chinois est un des plus efficaces du monde.  Sur la toute récente ligne Beijing-Tianjin inaugurée pour les Olympiques, le train « C » file à 350Km à/h, réduisant ce trajet entre les deux métropoles à seulement trente minutes pour un trajet d’environ 150Km.  Les départs sont aux dix minutes aux heures de grande affluence.

Les trains les plus rapides en gare

Les trains de seconde qualité sont les trains « D » inaugurés il y a plus d’un an.  Par exemple, le train Beijing-Changchun que je prends régulièrement fait le trajet de 1000Km en six heures et quelques minutes, selon le nombre d’arrêt en chemin (6h03 pour 2 arrêts).  Le coût en première classe est de 299Y ($50) et de 239Y ($40) en seconde pour le trajet simple.

Je dois ici faire une correction.  En Chine, on ne dit pas première ou seconde classe, mais siège dur ou siège mou, couchette dure ou couchette dure.  Restant de régime plus égalitaire!

J’ajoute un détail énervant pour un occidental : on ne peut acheter son billet qu’à la gare de départ et seulement quelques jours avant le départ, ce qui complique les préparatifs pour les touristes.  Il reste la possibilité de tout faire arranger cela par une agence de voyage chinoise, ce qui n’est pas coûteux.

<

La construction d'un viaduc pour le train extra rapide

Viennent ensuite les trains plus traditionnels avec couchette.  La série «Z» file à 160KM à l’heure, même davantage sur les nouveaux rails des séries «D» et «C».  Par exemple, le trajet Changchun-Beijing a été raccourci d’une heure avec les nouveaux rails soudés.  Actuellement, le train quitte la gare de Changchun à 22h40 pour entrer en gare de Beijing dès 6h30 le lendemain matin : encore 1000Km en 7h40m, pour 365Y ($61) en couchette molle du bas et 239Y ($40) en couchette dure du bas.

Quant au train «T», qui roule à 120Km officiellement, il quitte Changchun à 21h pour entrer en gare de Beijing dès 6h10, soit un trajet de plus de neuf heures, au même tarif que le train « Z ».

Viennent ensuite les trains à quatre chiffres, beaucoup plus anciens, qui sont ajoutés sur les routes principales en haute saison et qui desservent les petites localités en toute saison.  Les tarifs sont de beaucoup inférieurs suivant la qualité du service.

<

Un des plus anciens trains

Le train est donc abordable pour tout le monde, même pour les travailleurs migrants et les étudiants, qui se contentent d’un siège en bois pour des heures interminables.  J’ai dû prendre de tels trains, même faire des trajets debout en haute saison.  C’est là qu’on voit la Chine en voie de développement, comme notre vocabulaire politiquement correct le propose.

20150403