Professor Bernard's picture

Le commerce

By Bernard

Comme première approche, voici quelques notes:

  • Selon Larousse, c'est l'achat et la vente de marchandises, de denrées ou d'espèces.
  • Selon Robert, c'est l'opération qui a pour objet la vente de marchandises de valeur ou l'achat de celle-ci pour la revendre après l'avoir transformée ou non.

L'exemple classique est le cheval contre le chemin de fer ou bien le navire à voile contre le navire à vapeur.

Le commerce est une activité économique d'échange de produits et/ou services entre deux agents économiques; l'échange implique généralement une valeur monétaire et s'établit sur une base régulière.

Le commerce s'est développé au même rythme que les moyens de transport. Longtemps à pied, les commerçants ambulants, bien avant la Loi de la protection du consommateur, colportaient leurs marchandises de village en village, vivant de leur commerce. Avec le cheval et la voiture, suivant le rythme du commerce, se sont développées les routes transcontinentales, qui donnèrent naissance aux empires continentaux. Puis vinrent les bateaux et la navigation côtière; ce fut l'époque des grands empires méditerranéens. L'invention de la boussole permit aux navires de traverser les grands océans et de passer d'un continent à un autre. Enfin, vint le commerce mondial, avec les bateaux d'acier, la vapeur et les guerres du même nom! Aujourd'hui, avec l'aviation, le commerce n'a plus de limites sur la Terre. L'avenir appartient aux voyages sur la Lune et, bientôt, sur d'autres planètes.

Gallion<

Galion Entreprize, 1779

Le territoire québécois s'est développé en suivant ces grandes lignes de l'évolution des transports maritimes et terrestres. L'histoire du fleuve Saint-Laurent nous en apprend beaucoup sur l'évolution du Québec.

Cependant, pouvons-nous définir le commerce comme un système de production? Certains économistes soutiennent que le commerce n'ajoute pas de valeur à un objet. En effet, vendre une boîte de conserve ne change pas son contenu, cela est certain. Mais si la boîte de conserve demeure dans l'entrepôt de la conserverie, sa valeur demeure aussi très faible. Il faut un mécanisme de mise en marché qui prend cette boîte, lui appose une étiquette, l'annonce, la distribue et la vend. Le producteur ne sera payé, à long terme, qu'à cette seule condition. Le commerce ajoute donc une valeur d'échange sans augmenter la valeur d'usage d'un objet.

20140406