Professor Bernard's picture

La loi de Say

By Bernard

Considéré comme un des pères de l'économie classique, l'économiste français Jean-Baptiste Say est célèbre surtout pour sa loi des marchés, la Loi de Say. 

Voici le commentaire, assez long et explicite, de John Kenneth Galbraith à ce sujet.

«À un premier stade de la société, dans une phase plus simple où l'épargne est réduite, le capital est rare et joue un rôle décisif dans la production.  Cela veut dire que, normalement, l'épargne disponible est fortement sollicitée.  Ce que la collectivité consacre à sa consommation est, par définition, toujours dépensé.  Mais, dans ces conditions primitives, ce qu'elle soustrait à la consommation étant soumis aux exigences pressantes de l'investissement est donc dépensé également.  Ainsi, tout revenu né de la production retourne à la production.

«L'une des antiquités familières de la science économique est la Loi des Marchés de Say.  Elle soutient qu'une économie fournit toujours une demande capable d'absorber sa production, et que, tout défaillance du pouvoir d'achat ou de la demande est de ce fait impossible.  La Loi de Say n'a plus aucun crédit, mais au temps de son auteur, voici près de deux siècles, elle était tenue en haute estime.»   (Le nouvel État industriel, page 227)

On peut comprendre qu'à l'époque de Say, tous les biens étaient rares:  on manquait de tout.  Même le roi n'avait ni électricité, ni eau courante, ni chauffage central, ni radio, ni télévision, ni Internet dans son château de Versailles!

Par contre, les "pauvres" en Amérique ont tout cela.  On ne manque de rien, et la demande peut ne pas suivre la production, surtout quand on considère les monstruosités que les entreprises mettent en marché, surtout sur les marchés financiers!

20111201