Professor Bernard's picture

L'assurance

By Bernard

Le québécois moyen est l'individu le plus assuré au monde. De fait, nos compagnies d'assurances sont nos plus gros réservoirs d'épargne.

Par ailleurs, deux problèmes se présentent: d'une part, ces épargnes sont souvent gérées par des étrangers, chez nous (Sun Life) ou ailleurs (Wawanesa) et, d'autre part, ces épargnes sont investies en obligations gouvernementales de tout repos et de rapport peu économique.

Depuis la mise sur pied de la Régie des rentes du Québec (R.R.Q.) et de la Caisse de Dépôt et de Placement du Québec (C.D.P.Q.) en 1966, ce secteur a changé du tout au tout. Maintenant, les compagnies d'assurances québécoises occupent davantage leur marché; elles sont devenues des entreprises dynamiques; la Laurentienne en est un bon exemple, qui est devenue une banque, maintenant intégrée au Mouvement Desjardins.

L'assurance peut être présentée comme un partage des risques. Même si la seule assurance qu'un bébé naissant possède est l'assurance de nourrir un jour, il est probable que les bébés nés tel jour ne mourront pas le même jour! Et les maisons d'une grande ville ne brûleront pas la même année.

L'assurance se divise en assurance-vie et en assurance générale.

  1. L'assurance générale<
  2. L'assurance-vie<
  3. Ma compagnie d'assurances  <
    1. L'immatriculation de l'entreprise
    2. Les employés de ma compagnie d'assurances
    3. La région la plus propice à l’établissement
    4. Le marketing de ma compagnie d'assurances
    5. Le placement des réserves financières
    6. Une médiagraphie sur ma compagnie d'assurances
    7. Une conclusion sur ma compagnie d'assurances

Avant de passer aux fiducies.<

20150607