Professor Bernard's picture

L’art de cracher

By Bernard

Je veux terminer cette lettre (juillet 2008) par un extrait d’une de mes lectures de l’été.  L’auteur est Lin Yutang, qui a écrit The Importance of Living à New York, en 1938, réédité en 1998 par les presses officielles chinoises. 

Ce fanatique a dépensé tout son avoir pour inventer et fabriquer un prototype de dactylo pour les caractères chinois, juste avant l’arrivée de l’ordinateur personnel, ce qui a rendu son invention désuète!

Grand érudit, il est devenu riche en publiant une série de livres pour l’enseignement de l’anglais langue seconde à Shanghai, vers 1932;  en publiant des magazines, il est devenu célèbre dans toute la Chine.  Finalement, il a publié son véritable premier livre en 1935 :  My Country and My People, écrit en anglais comme toute ses publications d’ailleurs.  Après l’invasion japonaise, comme il était déjà aux USA en voyage avec sa famille, il y est resté!

Lin Yutang se prétend un philosophe, mais ce n’est qu’un grand parleur, une grande gueule comme on dirait par chez nous!  J’ai choisi cet extrait parce qu’il décrit un comportement très traditionnel des Chinois.  Voici donc le texte intégral, auquel j’ai ajouté ma traduction.

“…One should hear how the Mandarin laughs or spits.  It is positively delightful.  The spitting is done generally in three musical beats, the first two being sounds of drawing in and clearing the throat in preparation for the final beat of spitting out, which is executd with a quick forcefulness:  Staccato after legato.”

…Il faut entendre comment un Mandarin rit ou crache.  C’est positivement délicieux!  Le crachat est généralement produit en trois battements musicaux, les deux premiers provenant du son de l’arrachage et de la décharge de la gorge en préparation pour le battement final du crachat, lequel est exécuté avec force et rapidité : Staccato après legato

Voilà l’art millénaire de vivre en Chine!

20110525