Professor Bernard's picture

Quelques obstacles au déploiement de l’économie circulaire

By Bernard

Voici quelques exemples des obstacles au déploiement de l’économie circulaire.

  1. Gaudreau Environnement, de Victoriaville, a créé une dalle faite de verre et de plastique recyclé, au lieu de béton. Malgré l’intérêt qu’elle soulève, cette innovation affronte un obstacle: il faut créer une nouvelle norme de référence.
  2. Bétons Génial, de Saint-Jean-sur-Richelieu, rencontre des enjeux similaires. Nous créons de nouveaux produits. Comment faire évoluer les mentalités afin que les donneurs d’ordres se fient aux capacités techniques et physico-mécaniques du béton au lieu de l’historique de réalisations?
  3. Soleno, de Saint-Jean-sur-Richelieu, fabrique des drains à partir de polyéthylène recyclé et ne reçoit pas toujours la qualité de polyéthylène exigée par les normes si bien qu’elle ne s’approvisionne au Québec qu’à 60%. Sa matière première est difficile d’accès et en quantité insuffisante à proximité.
  4. SEB produit les poêles t-Fal réparables et combine deux stratégies d’économie circulaire: le reconditionnement et l’économie de fonctionnalité. En 2008, SEB s’est fixée comme objectif que 100% de ses produits soient réparables et réparés, depuis défaisables et démontables. En 2012, SEB a donc réduit de 30% le prix des pièces de rechange pour compenser le prix de la réparation. Huit millions de petits appareils SEB sont réparés, plutôt que jetés, chaque année à travers le monde.
  5. Piscines et Spas Poséidon, de la Rive-Sud de Montréal, a opté pour la stratégie de réusinage et de reconditionnement et l’économie de fonctionnalité. Elle récupère des spas usagés pour les remettre en bon état et les revendre à la moitié du prix d’un produit neuf. Elle peut aussi les louer, ce qui la place dans l’économie de fonctionnalité. Le réusinage et le reconditionnement permettent de conserver la main-d’œuvre formée et qualifiée toute l’année. De plus, l’entreprise tire des revenus supplémentaires dans un marché en croissance. Les spas réusinés voient leur durée de vie prolongée de 10 à 15 ans. Ils sont aussi moins énergivores que les versions précédentes, car on y a installé des technologies plus performantes.

L'effet rebond

Parfois, la circularisation augmente la production et la consommation, lorsque les produits secondaires créés s’avèrent des substituts insuffisants pour remplacer les produits primaires fabriqués à partir de matière vierge. Les biens reconditionnés se retrouvent dans des marchés différents des produits neufs. La consommation totale est donc augmentée. Un effet de rebond de 30%, par exemple, signifie que 30% du potentiel d’économie d’énergie dû à un progrès technique est perdu à cause d’une demande accrue du produit ou service.

La réalité

En résumé, c’est plus facile et ça coûte moins cher de faire du neuf.

À peine 10% du flux des matières est circularisé. L’autre 90% aboutit au dépotoir ou dans un entrepôt.

L’utilisation de matières recyclées n’est pas récompensée par le marché. En effet, l’entreprise qui n’utilise pas de matières recyclées ne voit pas ses externalités reflétées dans ses prix. À l’opposé, l’entreprise qui emploie des matières recyclées ne jouit pas d’un incitatif financier.

L'économie circulaire est prometteuse, mais il faut l'aider:

  • Une combinaison de réglementation (normes, étiquetage, etc.), de fiscalité et d’appui gouvernemental sera essentielle pour influencer les mentalités et le déploiement de l’économie circulaire
  • La transition exige de repenser les modèles d’affaires et de production des entreprises. Il faudra casser des habitudes et surmonter des appréhensions, la crainte de cannibalisation, la redéfinition des rôles dans la chaîne de valeur et d’approvisionnement, les modalités des relations plus directes avec les consommateurs, la divulgation d’information, etc.

20191203