Professor Bernard's picture

Le verre, le plastique et les autres produits à récupérer

By Bernard

Le projet annoncé par le gouvernement du Québec va créer une tour de Babel et coûter cher pour rien. Les citoyens devront d’abord payer la consigne, ce qui augmentera le coût de l’épicerie.

Il faudra ensuite payer des gens pour compter les objets récupérés, les repayer et les classer. Cela pourrait se faire gratuitement par les citoyens.

Le tri
Dans les premières années de la récupération, on faisait le tri à la source. Comme citoyen, je me rendais à un site près de chez moi et le contenant pour ramasser la récupération était séparé en sections, partie pour le papier-carton, partie pour le verre et partie pour le plastique, etc.

Recyc-Québec
Un jour, Recyc-Québec a demandé aux citoyens de jeter pêle-mêle les objets à recycler dans ces bacs verts ou bleus. Les camions de ramassage continuent de mêler davantage ces objets hétéroclites. Rendus aux centres de tri, les camions de ramassage dompent tous ces objets dans une cour où un tracteur chargeur les ramasse à son tour pour les jeter sur un convoyeur sans fin où des employés très spécialisés font le tri que les citoyens faisaient déjà gratuitement à la source, jadis.

Entretemps, les produits en verre se cassent et polluent le reste.

Des problèmes avec la consigne
Il semble que le Gouvernement ait estimé que les problèmes de la revalorisation du verre exigeait la réingénierie de l’ensemble du processus.de la récupération en imposant une consigne sur une multitude d’objets à récupérer.

On estime le coût annuel de la nouvelle consigne à $487 millions, ce qui est inutilement inflationniste. Le processus vise à récupérer quatre-vingt-dix pour cent des contenants, mais si le processus n’est pas efficace, Recyc-Québec fera des profits et si la récupération dépasse son objectif, Recyc-Québec fera des déficits : mauvaise motivation!

Quatre cents postes de récupération emploieront des milliers d’employés. Où trouvera-t-on ces employés? Qui seront les propriétaires de ces postes? Comment seront rémunérés les propriétaires de ces postes? À qui appartiendra le matériel récupéré?

Avec ou sans consigne, la récupération du verre n’est pas facile, mais sa revalorisation est encore plus difficile, contrairement à l’aluminium des cannettes. En effet, le verre se présente en plusieurs couleurs, le blanc pur, le bleu cobalt, le vert pour les sels ferriques et le brun pour les sels ferreux. Il faut évidemment séparer le verre du reste de la récupération, nais aussi le verre par couleur dès la première phase de la récupération, sinon sa valeur demeure très faible.

La simplicité
Je propose que les municipalités établissent des centres de récupération, intérieurs ou extérieurs, dans des endroits proches des citoyens, au choix des municipalités. Ces centres de récupération n’emploieront aucun employé, mais seront uniquement des lieux où de très gros bacs sont enlignés et où les citoyens viendront vider leurs produits à recycler 24/7. Sur demande, un employé pourrait être présent pour informer les citoyens sur le recyclage.

Les recycleurs disposeront des bacs différents selon les besoins de recyclage pour obtenir du matériel sain, adapté aux processus de revalorisation. On pourra aussi récupérer du verre non consignable, comme les pots de mayo et autres. On pourra même récupérer les vêtements pour les démunis et pourquoi pas ajouter des bacs plus petits pour les produits électroniques, les batteries, et tous ces produits disparates récupérables aujourd’hui dans des endroit dispersés. Simplifier en concentrant les bacs en un seul lieu physique, mais en permettant le tri à la source par le citoyen 24/7.

De temps à autres, des groupes de jeunes, scouts, 4H et autres, seront payés pour faire des tournées chez les personnes qui n’ont pas les moyens d’aller au centre de récupération pour déposer leurs objets recyclables; cette cueillette sera gratuite pour ces citoyens défavorisés.

Évidemment, on abandonnera le ramassage hebdomadaire de ces bacs encombrants, enlevant ce coût aux municipalités qui n’auront qu’à ramasser les bacs pleins d’objets déjà triés. Les bacs bleus, verts, bruns et autres appartenant toujours aux citoyens leur permettront d’accumuler les objets à récupérer avant le transport aux centres de revalorisation.

Le résultat final
Finalement, les objets recyclés seront maintenant plus faciles à revaloriser et on pourra vraiment recycler toutes les matières recyclables.

Pour recycler, il faut d’abord récupérer.

20200203