Professor Bernard's picture

Une conclusion sur l’ozone

By Bernard

La crise de l’ozone stratosphérique a créé les conditions d’intervention gouvernementale au niveau mondial pour atteindre un objectif précis, parce que la solution au problème était évidente scientifiquement. Pour la science, l’utilité de l’ozone stratosphérique était reconnue, tout comme la cause de sa disparition. Les actions proposées étaient évidentes et simples. Leur effet fut vite observé, confirmant les hypothèses scientifiques et les résultats seront permanents.

D’un autre côté, les recherches du professeur Lu Qingbin de l’Université de Waterloo ont établi que les émissions des CFC expliquent les variations de la quantité d’ozone, surtout au-dessus du pôle sud. Le lien est ainsi établi entre les rayons du soleil, l’ozone, la température terrestre et la théorie CRE du professeur Lu. Les CFC ont des effets sur la santé via les rayons UV, mais il faut ajouter leur effet sur le climat. Ces effets sur les changements du climat seront analysés plus loin. On évalue que la couche d’ozone reviendra à son niveau de 1980 vers 2060. Les substituts des CFC, comme les HCFC, seront à leur tour éliminés d’ici 2020 dans les pays industrialisés et 2030 pour les autres, même si la Chine n’a pas respecté son engagement dans le protocole de Montréal. La couche d’ozone se rétablit déjà et certains pensent que ces gestes réduiront l’effet de serre sur le climat davantage que le protocole de Kyoto.

20191027