Professor Bernard's picture

La couche d'ozone atmosphérique

By Bernard

En 1913, l’existence de l’ozone atmosphérique, formant la couche d’ozone, a été démontrée par Henri Buisson et Charles Fabry et sa concentration est de dix parties par million à une altitude de treize à quarante kilomètres. Cet ozone est utile, contrairement à l’ozone au ras du sol. La nature possède un processus dynamique de production et de destruction de l’ozone stratosphérique. Le jour, le soleil produit l’ozone par ses rayons UV et la nuit, l’ozone redevient de l’oxygène. Comme la nuit est plus longue l’hiver, le trou d’ozone augmente durant cette période.

<

La couche d’ozone intercepte quatre-vingt-dix-sept pour cent des rayons UV et la moitié de tout le rayonnement solaire; cela permet ainsi de garder la température terrestre moins chaude au niveau du sol. La couche d’ozone est une protection contre les rayons UV du soleil pour tout ce qui vit sur la Terre. La couche d’ozone se répartit tout autour de la Terre. En 1930, Sydney Chapman a montré le processus par lequel les rayons UV forment l’ozone atmosphérique à partir des molécules d’oxygène.

Les données sur la quantité d’ozone proviennent de Total Ozone Mapping Spectrometer (TOMS) et les données sont très variables selon les saisons. En revanche, les variations d’une année à l’autre sont moins importantes que ces variations entre les saisons.

<

Dans la partie centrale de la Terre, soit entre les latitudes soixante-cinq nord et sud, l'ozone a varié énormément depuis 1980. Cette variation suit un cycle annuel. Des chercheurs, comme Paul Josef Crutzen, ont trouvé des menaces pour l’ozone avant qu’en 1974, Frank Sherwood Rowland et Mario J. Molina ne montrent que les CFC agissaient pour détruire l’ozone, alors que d’autres chercheurs trouvaient d’autres éléments malfaisants. Les producteurs de CFC, comme la multinationale DuPont, leur firent la vie dure, mais la décision de l’Académie des Sciences des ÉUA en 1976 régla le débat pseudo-scientifique. Le prix Nobel de chimie consacra ces découvertes en 1995.

En résumé, la science avait prouvé que les CFC détruisent l’ozone atmosphérique.

  1. Les rayons ultraviolet<
  2. Le trou dans la couche d'ozone<
  3. La chimie-physique de l'ozone<

20200120