Professor Bernard's picture

Changchun, novembre 2006

By Bernard

Novembre est arrivé avec la froidure.  Dès le 2, je suis parti en voyage.  Je suis toujours en voyage et j’aime ça!  Par contre, j’aime aussi me retrouver chez moi :  « Home Sweet Home! »

Aujourd’hui, je vous parle d’une personne dans chaque ville que j’ai visitée récemment.

Xuzhou

À mon arrivée à Xuzhou, province de Jiangsu, 1800 km au sud de Changchun,  j’ai été reçu par Li Bo, un jolie femme dans la quarantaine.  Elle a trois enfants, ce qui est exceptionnel en Chine.  Les deux plus vieilles sont des filles magnifiques qui terminent leur cours secondaire.  Le plus jeune débute son cours secondaire.   Son époux est un homme réservé, tandis qu’elle est plutôt très expressive.

J’ai pu souper avec la famille et quelques-uns de leurs amis, ayant les services de l’aînée de la famille comme interprète.  La famille vient d’acheter un nouveau condo sur deux étages dans un édifice en construction le long de la rivière.  Leur immeuble donne sur un parc linéaire qui longe la rivière.

Tancheng

Je suis allé à Xuzhou et à Tancheng pour prononcer une conférence dans les groupes de Zheng Zhong, dit Charles, un des leaders de l’organisation de Rosaline qui est venu en Amérique récemment.  Dans chaque ville, la salle comptait plus de cinq cents personnes, tous les leaders de son organisation.

Charles est dans la jeune trentaine.  Son épouse s’occupe de ses deux jeunes enfants.  Lui développe son commerce et Li Bo est une de ses principales adjointes.  Il est très dynamique.  J’aime le voir sur la scène parler.  Avant de faire le commerce, c’était un professeur de mathématique au secondaire.  Rosaline m’a dit que ses étudiants avaient un très bon taux de réussite.

Aujourd’hui, il possède une entreprise immense et il continue d’aider d’autres personnes dans son groupe à développer leur propre entreprise.  Ses revenus lui permettent maintenant de voyager un peu partout, limité seulement par sa famille :  prendre soin de ses jeunes enfants avec son épouse.

Tous les leaders de l’organisation de Rosaline étaient venu à Xuzhou pour l’occasion du retour de Charles et de son épouse de leur voyage en Amérique.  Le lundi matin, après les conférences du samedi et du dimanche oèu ils parlaient aux assemblées, les leaders se sont réunis avec Rosaline pour jaser de leurs affaires…

Tai’an

En après-midi de ce lundi, Li et Lu, le couple des leaders de Rosaline à Tai’an, m’ont ramené avec eux vers leur ville parce que je voulais passer chez moi, à Tai’an, où j’ai un logement

Ce jeune couple a une petite fille qui fêtait justement son deuxième anniversaire ce lundi-là.  J’ai donc été à la petite fête en son honneur, au KFC!  J’adore cette petite fille et elle m’aime beaucoup aussi.  Je la connais depuis ses six mois.  J’ai commencé à lui montrer quelques mots de français :  « bonjour, comment ça va? »

Il faut que je vous dise que ses parents sont allé à Paris en septembre et qu’ils veulent aussi apprendre quelques mots de français.  Ils veulent aussi apprendre l’anglais!

Ils ont d’autres grands projets de voyage, le prochain étant l’Australie;  ce sera ensuite la Corée du Sud et le Moyen-Orient.  Je leur ai proposé le Québec!  Ils y viendront sûrement.

Ils habitent actuellement un condo sur deux étages et demi, mais ils ont décidé d’acheter une maison individuelle qui est actuellement en construction, en bordure de la ville.

Ce sont des gens très aimables.  Comme exemple, lors de la fin de semaine suivante, j’ai aussi prononcé deux conférences dans leurs groupes, mais avant la seconde, je n’ai pas eu le temps de souper, notre retour étant trop tardif.  J’ai donc prononcé ma conférence vers 19h et après celle-ci, Li et Lu m’attendaient, avec mon interprète, pour un souper à quatre dans un salon particulier de l’hôtel.  C’est ce que j’appelle un service de première classe, une politesse de roi.

Dongying

Après Tai’an, je me suis rendu à Dongying.  C’est la ville où Rosaline a décidé d’installer son siège social et elle y a acheté un espace à bureau.  Gao et Tina, les leaders locaux, ont donc déménagé les équipements que nous avions dans une chambre d’un hôtel local vers ce nouveau bureau, mais celui-ci n’est pas encore aménagé.

Le bureau est peint en blanc, avec un plafonnier pour l’éclairage et l’équipement de base dans la toilette.  Le projet est d’y ajouter un meuble d’entrée pour y suspendre le linge et mettre les outils nécessaires à notre commerce :  livres, audio, VCD et autre documentation.  Le projet  sera complété par la peinture agréable du local et en baissant le plafond à une hauteur raisonnable.

Gao et Tina sont un couple en construction :  ils vivent ensemble, mais ils n’ont pas encore contracté un mariage officiel.  Chez les jeunes, cela est rare, mais Gao a 38 ans et il est divorcé.  Son fils demeure avec sa mère, l’ex-épouse de Gao  Tina a 28 ans et son expérience antérieure est que son ex-amant l’a battue et qu’elle est allée en justice contre lui pour des compensations, qu’elle a d’ailleurs obtenues.

Voici les photos d'un party, le soir du 23.

< < < <

< < < <

< < < <

Beijing

Après quelques jours à Dongying et quelques rencontres, je suis retourné à Tai’ai pour les conférences avant de filer de nuit vers Beijing.  Là, Tong Lili, dite Tulip, une jeune fille de Changchun travaillant dans la capitale, est venue à l’appartement pour que nous parlions affaires.  C’est une amie de Yang Lin, dite Smile, dont je vous parle plus loin.  Je l’ai connue il y a trois ans à Changchun lors d’un « English Corner » dans son collège.  C’est d’ailleurs Smile qui animait ce « English Corner ».

Nous avons parlé affaire et partagé un lunch dans un restaurant des environs.   Elle travaille actuellement dans une agence de voyage et, cette semaine, elle allait à Shanghai avec un petit groupe de sept Chinois de la capitale qui prennent des vacances.  Ses parents sont de pauvres travailleurs agricoles dans un village près de Changchun et elle leur envoie une partie de son salaire mensuel qui est de 1500Y.

Son rêve est de posséder un logement d’environ 80 M2 près de l’endroit où elle demeure actuellement.  Le prix de ce logement est d’environ 8000Y le M2, soit 640,000Y, dont elle devra payer 20% comptant, sans compter les autres frais à l’entrée, comme les frais juridiques et les frais de gestion du condo pour un an.

Changchun

Le lendemain de cette rencontre, j’ai décidé de revenir chez moi immédiatement.  J’ai donc acheté mon billet de train et j’étais chez moi le lendemain matin!

J’attends l’arrivée de Yang Lin, dite Smile, qui m’a averti par message téléphone qu’elle arrive aujourd’hui,  sur le train vers 16h30.  Je l’ai invitée à souper et j’inviterai aussi de ses amies pour la rencontrer.  C’est la coutume , dans le Nord-Est de la Chine, de fêter un retour de voyage en mangeant des raviolis chinois, dits dumpings ou, en chinois, « jaze ».

J’ai connu Smile dès l’automne 2003,  J’ai fréquenté son « English Corner » pendant plus de deux ans.  Elle est diplômée de son collège en automation et elle a aussi obtenu un certificat en tourisme, ce qui lui permet d’être guide touristique, avec son permis de guide bilingue.  Ce travail de guide est bien rémunéré à Changchun, ville touristique.

Elle a commencé à enseigner le chinois et l’anglais à des coréens à Changchun avant de déménager à Tai’an en juillet dernier.  Sa mère, récemment retraitée, l’a accompagnée dans ce déménagement.

Là, elle a appris le commerce avec li et Lu.  Elle se cherchait un nouvel emploi, qu’elle n’a pas obtenu à ses conditions parce que Tai’ai vit une légère récession, deux des plus importantes usines de la ville ayant fermé récemment.

La mère et la fille sont donc allé  l’extrémité est de la province du Shandong vers Weihai, ville d’origine de la mère, où celle-ci s’est installée.   Quant à Smile, elle revient à Changchun et nous jaserons ensemble de ses plans d’avenir.  Elle peut demeurer ici ou retourner au Shandong.  Là-bas, elle peut s’installer dans trois villes différentes :  à Tai’an, avec l’aide de Li et Lu;  à Yantai, près de Weihai, avec l’aide d’une tante;  à Linyi, comme agent de voyage dans une agence internationale où elle pourrait faire des accompagnements internationaux.  Elle a le choix, elle qui n’a que vingt ans!

Je vous ai donné un exemple des gens avec qui je vis tous les jours.  Il y en a des dizaines comme ça, tout près de moi, parmi le milliard et plus de Chinois.  J’ai fait un choix.  La prochaine fois, je vous en présenterai d’autres, à moins que vous vouliez venir ici et les rencontrer personnellement!

Je vous attends.

20061115