Professor Bernard's picture

Changchun, fin de mars 2007

By Bernard

Dans la semaine du 12 au 18 mars, toute la neige de Changchun a fondu.  Le thermomètre s’est maintenu au-dessus de zéro durant toute cette semaine, mais ne dépassant pas les 6o.  À Beijing et au Shandong, c’est le printemps. Les fleurs sont sorties partout.

J’ai hâte de voir le Québec.  J’arrive le 2 avril à 22h15 à Dorval.

En attendant, voici quelques nouvelles de mon plus récent voyage express en Chine.  Je suis allé à Qingdao, un aller-retour rapide avec quatre nuits de train, une dans le logement de Beijing et une seule dans un hôtel!
· Changchun - Beijing : 1170 Km, première classe 365Y, seconde classe 239Y;
· Qingdao – Beijing : 890 Km, première classe 326Y, seconde classe 201Y;
· Total aller-retour de 4120 Km, en plus de la circulation locale!

Beijing

J’ai quitté Changchun le samedi 17 en soirée.  Dès mon arrivée à Beijing le lendemain matin, j’ai acheté mon billet pour Qingdao, ainsi que mon billet de retour pour Changchun.  Ensuite, je suis allé déposer mes bagages au logement de Rosaline avant d’aller fêter le 23ème anniversaire d’un ami de Changchun, Wang Bingheng, dit Alexander.

Celui-ci travaille depuis peu à Beijing. Sa petite amie, dont j’ai oublié le nom, vient d’une province du sud, Anhui, mais il l’a connue à Changchun lors de leurs études universitaires dans le même programme;  elle est venue le rejoindre à Beijing et elle attend des nouvelles d’un emploi.  Ils se sont installés depuis quelques jours seulement dans leur nouveau logement en banlieue est de Beijing.

< < < <

Alexander Wang Bingheng et Hu Yan;  une belle serveuse du Henan et Ocean Zhai Jingsu.

Ils demeurent à moins de cinq minutes de la gare du train de banlieue qui mène Alexandre à son travail en moins d’une heure.  Leur logement, une garçonnière, a une surface d’un peu plus de 40 M2 et c’est l’employeur d’Alexander qui paie le loyer de 900Y par mois pour lui.  C’est meublé au minimum :  un grand lit, une étagère, un frigo, un rond électrique, une chaises, deux bancs et des ustensiles pour la cuisine et le ménage.

On a jasé de tout et mangé ce que l’amie avait préparé :  elle est très bonne cuisinière, en plus d’être très intelligente et aidante comme un dauphin.

Je les ai laissés fêter davantage à deux et je suis revenu vers le logement de Rosaline, un trajet de deux heures!  Je suis ensuite allé souper avec une autre amie de Changchun, Ocean, dont je vous ai déjà parlé l’an dernier et qui travaille à Beijing depuis quelques années.  Elle a changé sa coiffure, ce qui signifie qu’elle est prête pour le changement.  Comme elle n’a que deux jours de congé par mois, je l’ai convaincue, cette fois, de changer d’emploi!

J’ai terminé ma journée en direction de la gare des trains où m’attendaient ma couchette et la route de Qingdao dont je n’ai rien vu, dormant tout le long du sommeil du juste!  Au matin, j’ai jasé avec une jeune dame chinoise d’origine coréenne qui voyageait avec son mari, commerçant dans les produits électroniques.  Elle parlait bien anglais, mais je n’ai eu aucun mot de son mari, sinon sa carte d’affaires!

Qingdao

Je suis arrivé à Qingdao le lundi 19 mars au matin.  Je me suis dirigé vers le même hôtel que mes amis m’avaient trouvé la dernière fois et j’ai obtenu une chambre immédiatement.  Après mon déjeuner et ma douche, j’ai fait quelques téléphones pour tester le marché de l’enseignement dans les écoles internationales à Qingdao.  Ces écoles paient les salaires équivalent aux salaires québécois, soit plus de 30,000Y par mois  En Chine, c’est une fortune!

À Qingdao, il y a trois écoles internationales, écoles qui n’enseignent qu’aux enfants d’expatriés.  Les chinois, même très riches, ne peuvent y envoyer leurs enfants, sinon en usant de stratagèmes chinois, comme la double nationalité.  Les frais dépassent 100,000Y par an, pour atteindre 200,000Y par an dans certaines options du secondaire.  Le tout permet d’obtenir la même certification que les écoles internationales bien établies au Québec.

Des trois écoles internationales de Qingdao, une seule engage localement et son personnel est complet pour la prochaine année scolaire 2007-2008!  Pour les deux autres, je dois passer par Hong Kong, en Chine, ou Atlanta, aux USA, ce que j’ai fait à mon retour à Changchun.

Ce premier devoir accompli, je suis allé me promener en ville.  Qingdao a un historique colonial très varié, ayant été occupé par les Allemands et les Japonais en plus des influences Britanniques et Américaines.  C’est un port de mer qui recevra les régates et les voiliers lors des prochains Jeux Olympiques.<<<<<<

La rive de Qingdao vue d'un observatoire dans la baie qu'on voit à droite.  Côté sud.

<<<<<<<

La rive de Qingdao vue d'un observatoire dans la baie qu'on voit bien à gauche; le côté nord.

En me promenant au hasard, j’ai trouvé la vieille église catholique, trônant sur une colline du centre ville.  En descendant vers la mer à partir de ce point, j’ai vu un quartier d’une grande qualité architecturale et plusieurs bâtiments qui ont déjà été rénovés.  Je suis ensuite arrivé sur un quai, plutôt une jetée, qui permet aux touristes d’admirer la ville du centre d’une baie qui faisait la richesse de cette ville, il y a un siècle.

< < < <

De chaque côté du quai, des Chinois recherchent les fruits de mer laissés par la marée baissante.  Plus loin, une immense plage avec des baigneurs, oui, des baigneurs en pleine mer en ce 19 mars 2007!  Je vous montrerais les photos, incrédules!

La ville de Qingdao semble plus pauvre que Changchun.  Les taxis sont délabrés, de même que les rues mal entretenues, toujours comparativement à Changchun.  Les prix m’ont semblé à peu près semblable, ce qui contraste avec le reste de la province du Shandong, où les prix sont généralement inférieurs à ceux de Changchun.

En soirée, je suis allé rejoindre Ellen, Shan Yanping, dont je vous ai parlé dans ma lettre précédente.  Elle m’a donné rendez-vous au parc Wusi, sur le littoral, mais le vent et le froid relatif nous a conduit immédiatement vers un restaurant pour le souper.

Dans la journée, Ellen avait connu une grande frustration, un contrat qu’elle préparait depuis des mois lui ayant échappé à la dernière minute.  Par contre, elle s’est dite d’accord pour devenir mon associée en affaires et nous avons parlé de cela et d’autres choses durant le repas avant d’aller terminer la jasette dans un café de type occidental non loin de là.

Le lendemain, j’ai continué ma tournée en ville, visitant entre autre le site de la gare des trains.  Dans mes trajets antérieurs, j’avais utilisé une gare de banlieue, Sifang.  On m’avait dit que la gare centrale était en réparations!  Grand mot que cela!

< < < <

L'histoire d'un accrochage ordinaire, par une journée ordinaire, dans une rue ordinaire en Chine!

Ce mardi, je me suis donc dirigé vers le site de la gare centrale et ce que j’ai trouvé m’a estomaqué;  un trou, un immense trou.  On a gardé une partie de l’ancienne façade de la vieille gare, mais on a tout enlevé le reste, jusqu’à plus de 5 mètres en profondeur.  Un vrai trou!

<<<<<

J’ai vu le plan de la nouvelle construction.  Ce sera très linéaire, disons « square »!  La gare donne sur une immense place autour de laquelle j’ai vu un autre chantier pour la construction du « Square Victoria ».  Ce sera très moderne.

< < <

Le quartier immédiatement au nord de la gare est très ancien et de faible qualité architecturale.  Je pense que ce sera démoli peu à peu et remplacé par d’autres constructions en hauteur, qui feront le nouveau Qingdao du XXIème siècle.

Par contre, au sud-ouest de la gare s’étend une péninsule qui gardera certainement son allure antique, avec déjà de nouveaux immeubles modernes qui respectent mieux l’aspect historique de la ville.

Vers Beijing

Je suis ensuite revenu vers Beijing par le train de nuit, mais sans couchette.  Il n’y en avait plus quand je suis allé au guichet!  J’ai donc fait le voyage assis toute la nuit, roupillant par intervalle.

J’ai jasé avec deux jeunes étudiants;  la jeune fille de 19 ans, Wang Ruoteng, termine son cours secondaire et allait à Beijing avec son père pour trouver une bonne école universitaire.  Elle désire apprendre les langues, dont le français, pour devenir professeur d’université plus tard.  Le jeune homme, Wei Jiangong, termine ses études de baccalauréat en génie de l’environnement et désire trouver un professeur à l’Université de Pékin pour pouvoir y accéder l’an prochain, ayant été refusé cette année à l’examen d’entrée pour la maîtrise.  Disons que seulement 5% des candidats accèdent aux études de maîtrise en Chine!

Beijing

Et j’était de retour à Beijing ce mercredi 21 mars pour fêter l’arrivée du printemps.  C’est avec deux québécois que j’ai fêté ça dignement.  Je les ai rencontrés pour la première fois la veille du Jour de l’An lunaire, avec un autre québécois et deux françaises, depuis tous retournés dans leur pays respectif.  Il s’agit de Philippe et Linda, un couple qui travaillent dans les écoles internationales depuis plusieurs années, ayant fait d’abord le Grand Nord québécois avant d’aller quelques années dans la brousse africaine, au Mali.  Ils sont ici depuis moins de deux ans, mais Philippe a signé un renouvellement de contrat pour deux autres années.  Il enseigne la quatrième année primaire.  Linda fait de la suppléance, ayant travaillé aussi à la bibliothèque.

C’est l’exemple de Philippe qui m’a fait commencer à explorer cette nouvelle possibilité de revenu en Chine :  enseigner dans une école internationale, ou l’équivalent!  J’ai donc envoyé des CV et j’attends une réponse.  Ce serait une agréable façon de passer mes journées, sans parler du budget supplémentaire que j’obtiendrais.

Les élections québécoises

C’est fait.  Le peuple a parlé, lui qui est silencieux presque tout le temps.  Et il aime Ti-Mario!  Pendant la soirée, une belle matinée ensoleillée à Changchun, j’ai pensé un moment que Ti-Mario serait le premier ministre.  Imaginez!  Même minoritaire, Ti-Mario PM!

Même mon neveu, François, a été emporté par le raz-de-marée qui est parti de Rimouski!  Ça doit faire suite au tremblement de terre subi par le Japon la veille, un tsunami québécois d’origine japonaise!

Ça me donne toujours une raison de plus de revenir en Chine rapidement.  Charest PM, même minoritaire, et Ti-Mario chef de l’opposition!

20120906