Professor Bernard's picture

Changchun, janvier 2007

By Bernard

L’hiver en Chine et au Québec

Dans ma dernière lettre, je vous parlais des redoux québécois.  Vous en avez eu tout un!  Ici, c’est le fret normal, du moins à Changchun, avec une période plus froide que la moyenne récemment, jusqu’au sud d’où j’arrive.  Il faisait 20o à Hong Kong.  Maintenant, c’est 15 environ!  Changchun, moins 10o maximum aujourd’hui!  Normal.

En décembre, j’ai fait mon plus long séjour de l’année 2006 à Changchun, chez moi, dans mes affaires!  Heureux changement.  Le 25 décembre, je suis parti vers Beijing et le 29, je prenais le train pour le sud :  25 heures jusqu’à Guangzhou, ville colonisée par les Français au siècle précédent et alors connue sous le nom de Canton.

Pour voyager en Chine (Suite)

Suite à ma dernière expédition vers le sud, j’aimerais d’abord ajouter quelques notes supplémentaires à ce que je vous écrivais dans ma dernière lettre.

Le Yuan

D’abord, combien vaut un yuan?  Je ne le sais pas. 

Depuis que je suis ici, j’ai reçu moins de 6 yuans pour un dollar canadien à mon arrivée en 2003 et plus de 7 l’été dernier.  Depuis les derniers mois, le dollar canadien a recommencé à descendre.

Lors de ma dernière transaction de change officiel, j’ai eu 6.6 yuans pour un dollar canadien.  Par contre, un yuan achète souvent autant qu’un dollar canadien, comme dans les transport par autobus ou chemin de fer, ou tous les jours à l’épicerie, et pour mon loyer, etc.

En voyage, je ne fais pas le calcul.  Un yuan, c’est une piastre!  C’est tout!  Et je négocie s’il le faut…

Le style de vie

Certaines personnes circulent en Chine comme dans les pays riches.  Ils peuvent le faire, prenant les avions et demeurant dans des hôtels américains à plus de mille yuans la nuit pour leur belle chambre.  Ce n’est pas mon style de vie. 

Je vis comme les chinois moyens, dans des hôtels à 4 étoiles chinoises pour 150 yuans ou 200 yuans la nuit, incluant la douche etc. Je prends le train en classe ordinaire en essayant d’acheter mon billet assez tôt pour avoir un lit bas!  Je mange comme eux, mais selon mon budget alimentaire :  pas de riz, ni pâte, ni nouille, ni pain, ni sucre!  Et je vous dirais que c’est plus facile de suivre ce budget alimentaire ici qu’en Amérique!

Éventuellement, quand j’aurais atteint mes objectifs d’entreprise, je profiterai d’un plus grand style de vie.  Actuellement, j’investis mon temps et mon énergie.  La récolte viendra plus tard.

Donc, si vous venez en Chine, dites-moi de quel style de vie vous voulez jouir durant votre voyage et je vous dirai comment en profiter au maximum, selon votre budget.  Par contre, je ne pourrai pas vous suivre sur le style international, à moins que vous ne payiez la note!

Les températures

Voici un relevé des températures le jour de mon départ pour le sud, le 28 décembre dernier.  Les villes sont listées dans l’ordre du nord au sud!

Ville Minimum Maximum
Harbin -22 -16
Changchun -19 -14
Beijing -7 3
Tai'An -7 2
Xi'An -1 6
Kunming 4 10
Shenzhen 12 20
Hong Kong 14 17

Cette journée-là, Toronto jouissait d’un minimum zéro et maximum +4.  Je n’ai pas eu la météo de Montréal.  Comme vous le voyez, en Chine, on a de tout :  comme en Amérique, de l’Abitibi jusqu’aux Antilles!  Les températures du nord étaient en dessous de la moyenne;  au sud, c’était la moyenne saisonnière.

Mon voyage

Parlons maintenant de ce court voyage considérant le temps.  Cependant, la route est longue :  de Beijing à Guangzhou, c’est 2300 Km, à ajouter aux mille Km de Changchun à Beijing!  Sur la carte du Québec, c’est trois fois Montréal à Sept-Îles!  Et la même chose pour le retour!

Guangzhou, c’est l’ancienne Canton, colonisée par les français.  C’est la porte sud de la Chine, la seule ouverte durant la Révolution culturelle.  Ce fut ma porte d’entrée lors de mon premier voyage en août 1979.

J’avais prévu un périple circulaire vers Kumming et Xi’an, mais j’ai écourté mon voyage, ayant hérité d’un vilain rhume dès mon départ de Beijing.  D’ailleurs, la grippe est épidémique à Beijing depuis plus d’un mois. 

J’ai passé deux rouleaux de papier de toilette à me moucher en une seule journée!  En Chine, on se mouche de préférence avec du papier en rouleau plutôt que du papier coupé à la Kleenex!

La veille du Jour de l’An

J’ai passé la veille du jour de l’an chez des amis de Changchun déménagés à Guangzhou :  Roser, d’origine espagnole, et son mari, Thaï de l’Indes.  Ils demeurent en banlieue de Guangzhou, à Fosham, quinze minutes en taxi de la dernière station de métro.  Elle est responsable d’un programme d’enseignement universitaire du français et lui enseigne l’anglais au primaire.

< < < <

Roser, Manjul, Louise et Véronique qui essaie une robe commandée sur mesure.

Les invités

Ils avaient aussi invité d’autres amis :  Véronique, très belle Québécoise de St-Pierre-les-Becquets, et Nathalie, belle Canadienne de Toronto.  Une jeune Chinoise qui veut émigrer au Canada, Julia San Yuanli, était aussi de la fête.  Un autre couple nous a rejoints tard dans la soirée :  Angélique, une Française, et son ami Camerounais.  La plupart ont bu de la vodka suédoise, avec ou sans jus d’orange, alors que je m’en tenais au vin importé de France que j’avais acheté localement.

< < < <

Véronique, Nathalie, Julia et Angélique.

< < <

Les femmes, un ami de Manjul et les deux avec l'ordinateur.

Le marché

L’activité la plus intéressante a probablement été le magasinage pour la nourriture du souper.  Nous sommes allé au marché local.  Quelle foire!  Roser surtout n’a pas aimé la façon dont le boucher coupait la tête des canards, en deux dans le sens de la longueur!  La façon dont les poissonniers tuaient les gros poissons ferait certainement le sujet d’un bon reportage démontrant la cruauté envers les animaux :  ils les pitchent par terre, les frappent avec le dos des gros couteaux, les écaillent, les coupent et les découpent avant qu’ils ne soient encore morts :  ça leur donne de la valeur, démontrant qu’ils sont vraiment frais!  Si frais que les filets découpés sautent tout seuls sur l’étal!

< < <

Nous sommes passé par le magasin spécialisé dans les alcools, même si l’alcool est disponible dans toutes les épiceries.  C’était pour avoir une meilleure qualité de choix.

La soirée

Ce fut ensuite le retour à la maison :  un grand logement au premier plancher, comprenant trois chambres à coucher, deux salles de bain et une grande pièce en « L » servant de salle de séjour à une extrémité et de salle à manger à l’autre.  La cuisine, comme toutes les cuisines chinoises, n’est pas grande, mais bien équipée.

Pendant que les cuistots préparaient la bouffe, je jasais avec les autres invitées dont je faisais la connaissance dès leur arrivée.  Véronique et Nathalie enseignent l’anglais au primaire.  Les deux sont dans la vingtaine, parfaites bilingues.  Julia m’a parlé de son rêve d’aller au Canada pour l’éducation de son fils.  Son mari travaille au gouvernement dans l’équipe qui cherche à prendre et emprisonner les officiers corrompus :  une sorte d’enquête Gomery permanente!  Pendant ce temps, les deux autres gars buvaient leur vodka ensemble dans une des chambres!

Après la minuit, les jeunes sont allé danser.  Ils sont rentrés assez tôt, avant le lever du soleil!  Ils ont tous été malades!

Le Jour de l’An

Le lendemain, vers midi, je les ai quittés alors que la plupart dormaient encore!  Je suis allé me promener dans Guangzhou, le long du fleuve Perles, dans la vieille partie de la ville.  Des bâtiments de l’époque coloniale sont bien conservés et servent encore aujourd’hui, entourés par des gratte-ciel modernes. 

J’ai marché dans un parc linéaire qui borde le fleuve.  L’air était très agréable et j’ai jasé avec Véronique, qui est venue me rejoindre plus tard dans l’après-midi.  Elle venait chercher une robe en soie qu’elle avait fait confectionner sur mesure.  Après cette rapide course et la visite du marché du textile, nous sommes allés souper ensemble.

Après souper, elle est retournée vers son domicile, alors que je suis allé faire une croisière sur le fleuve pour admirer la ville illuminée.  J’ai pris plus d’une centaine de photos!  Fantastique!  Les ponts éclairés.  Des bâtiments avec des jeux de lumières presque inimaginables!  Je veux dire que les lumières changeaient toujours.

< < <

< < <

Ce fut mon Jour de l’An à Guangzhou, une belle journée en Chine!

Le lendemain de la veille

Le lendemain, je prenais le train pour Shenzhen.  J’avais commencé à me moucher l’après-midi du Jour de l’An, mais là, ce fut la débâcle!  Je me mouchais continuellement.   J’ai donc gardé la chambre en arrivant à l’hôtel de Shenzhen jusqu’au lendemain.

Hong Kong

C’était ma journée planifiée pour aller à Hong Kong.  Parti un peu tardivement, j’y suis allé par autobus, jusqu’au centre de la vieille ville, sur l’île. 

Hong Kong est une ancienne colonie britannique retournée à la Chine il y a quelques années.  Les Britanniques l’avaient obtenue suite aux Guerres de l’Opium.  Cette « Zone administrative spéciale », comme l’indique maintenant son nom chinois, comprenant des îles et une section continentale, appelée à l’époque « Nouveaux territoires » et logeant maintenant la ville de Kowloon.

Hong Kong est une ville moderne du commerce.  Tout, ou presque, y est importé.  Et on y trouve de tout!  Les prix sont supérieurs à ceux de Changchun, et même de Beijing.  Le coût de la vie, comme à Guangzhou et Shenzhen, y est presque le double des villes du nord de la Chine.  Tout y est plus cher, mais les Chinois sont vraiment friands d’aller magasiner à Hong Kong, parce que le choix y est plus grand!  Du moins, il était plus grand et l’habitude ne se perd pas!  Aujourd’hui, toutes les grandes villes chinoises offrent de tout pour tous.

Quant à moi, je n’ai rien acheté, sinon ce que Rosaline m’avait demandé de rapporter, soit des produits Nutrilite introuvables en Chine continentale.

< < <

Dans les bureaux d'Amway et le hall d'un grand hôtel.

L’important, pour moi, était de sortir de la Chine pour des raisons de Visa.  Et je suis revenu par le train, en fin de soirée.  Mon rhume était à peu près terminé, grâce aux vitamines « C » et à l’échinacée.  Maintenant, je suis bienvenu en Chine pour 90 jours supplémentaires, ce qui me mène au 3 avril prochain, et je serai alors de retour à Montréal!

Le parc à Shenzhen

Le lendemain, j’avais rendez-vous avec une canadienne rencontrée à Changchun :  Mélanie.  Elle enseigne maintenant l’anglais dans une école primaire en banlieue de Shenzhen.  Nous avons dîner ensemble, puis nous sommes parti pour visiter un parc au centre de la ville. 

En route, nous avons rencontré des Russes, qui semblaient se chercher quelque peu.  C’étaient deux familles, chacune comprenant le couple et deux enfants, un jeune garçon et une fille plus âgée.  Le couple plus âgé est allé de son côté, alors que l’autre famille est venue faire la promenade avec nous.

< < <

Il s’agit d’Aleksei Anatolievitch Troukdatchief, un homme d’affaire dans les portes et fenêtres en aluminium et en plastique, de Nakhodka, dans l’Est de la Russie, près de Vladivostok, sur le bord de la Mer du Japon.  Il est venu avec sa famille, et la famille de son ami, pour visiter une exposition à Guangzhou.  La veille, ils étaient à Hainan, sur la plage.  Le lendemain, ils seraient à l’exposition, avant leur retour vers le nord et la froidure pour le reste de l’année!

< < <

Sa femme, Tania, d’origine ukrainienne, a connu son mari durant son stage militaire à Kiev.  Leur fille de 13 ans, Veronica, et leur fils de 11 ans, Genia, se sont comportés partout et toujours comme des enfants très bien élevés, même modèles!  Une belle famille!

Nous avons donc marché pendant plusieurs heures, jasant et profitant du paysage et des aménagements de ce magnifique Parc Lianhuashan.  Au sommet de ce mont Lianhua (qui signifie jolie fleur), on trouve une magnifique vue de l’ensemble de la ville.  On y trouve aussi la statue de Deng Xiaoping, le leader qui a lancé la modernisation de la Chine et qui a créé cette ville de Shenzhen, qui ne comptait que quelques milliers de pêcheurs il y a plus de vingt ans.  Maintenant, sa population dépasse les 6 millions.  Ce fut la première zone franche de la Chine moderne.

La fin du voyage

J’avais eu quelques bonnes journées au sud, malgré mon rhume.  J’ai décidé d’écourter mon voyage et de ne pas faire la tournée :  Kumming, c’est plus de 26 heures de train, et plus d’une quarantaine pour revenir vers Beijing, parce que ce n’est pas sur une grande voie ferrée bien entretenue avec un bon service!  Même le trajet Beijing - Guangzhou est sur une voie de seconde qualité comparée à la voie de Beijing - Changchun!  Le meilleur train y est un « K », qui fait des arrêts et qui ne roule pas plus de 120 km/h.  Pas de train « Z » à 160 km/h sans arrêt.  D’ailleurs, le train a été en retard de deux heures dans les deux directions.  On a même été stationné pendant une heure au retour, en pleine journée!  Probablement pour laisser passer un train plus rapide!

Je suis donc revenu vers Beijing où j’ai passé quelques journées tranquilles.  Puis j’ai retrouvé le merveilleux train « Z61 » vers Changchun pour retrouver mon chez moi.

De la visite

Le lendemain de mon arrivée, Rosaline m’a dit qu’elle arrivait à Changchun. Je lui ai offert mon hospitalité.  Elle était accompagnée de son chauffeur, Cao, et de deux autres dames :  Nancy, une associée du Shandong, et de sa mère.

Les 10 et 11

Le soir de son arrivée, j’ai organisé un souper et une dizaine de mes amis de Changchun sont venus.  Ce fut très agréable.  C’était au restaurant nouvellement réouvert :  la Brasserie.  C’est son nom!

< < < <

Jim Yuanzheng, Gaea Li Xin, Helen Hai Yu et Page Shan Kuirong.

< < <

Smile Yan Ling, Liu (frère de Rena), Nancy et sa mère.

< < < <

Rena Liu Jiahong, Cynthia, Becky et Helen.

< < <

Le trio de Cynthia, Becky et Candy;  Roslaine à la table; Pu et Liu.

< < <

frèr et soeur Liu; Pu Junfeng; Jim, Cynthia et Becky.

C’est un restaurant qui offre la cuisine de style japonais :  une table circulaire où le cuisinier prépare la nourriture devant nous.  C’est souvent rempli, comme ce soir-là.

Les deux jours suivants, la troupe est demeurée chez moi.  Ils ont finalement pris le train du soir pour une ville du nord, Yinji, tout près de la frontière russe, où Rosaline va enseigner à un nouveau groupe.

Les 16 et 17

Ils sont revenus chez moi le 16 pour repartir au matin du 18. 

< < <

Cao et son fils et sa fille;  la troupe sortant de chez moi;  Nancy avec sa mère au restaurant.

< < < <

Cao Huihui et son frère, serveur!

J’ai planifié d’autres rencontres pour Rosaline durant ces deux journées et de l’enseignement pour les deux soirées.  Elle n’a pas chômé!

< < <

Père et fils qui dorment;  Smile et Rosaline qu jasent;  le frère de Rena qui regarde.

< < <

Page et son amie;  le reste de la classe.

Toutes les personnes qui la rencontrent sont enthousiasmées.  Elle est une enseignante qui sait toucher le cœur autant que l’esprit de ses auditeurs.  C’est pourquoi elle réussit si bien dans son entreprise.

< < < <

< < <

< < < <

< < < <

En plus de Nancy et sa mère, Rosaline et son chauffeur, les enfants de celui-ci, une fille de 24 ans, étudiante en tourisme, et un fils de 22 ans, étudiant en physique, sont venus le rejoindre.  Mon petit logement était comme une auberge pleine :  « No vacancy ».  Ils sont  tous les deux étudiants à Harbin, environ 250 km au nord de Changchun.  J’irai les rencontrer chez eux la semaine prochaine pour donner suite à l’enseignement de Rosaline.

Le Festival du Printemps

La fête du Nouvel An Lunaire arrive le 17 février en 2007.  Je me suis trompé dans la lettre précédente.  C’est le Festival du Printemps.  Dans le sud, ça doit ressembler au printemps, mais pas ici, à Changchun, par moins dix ou moins quinze maximum de jour.  Et ça dure quinze jours, pour se terminer par la Fête des Lanternes, cette année le 3 mars. 

Et les Chinois ayant inventé la poudre, ils font sauter des pétards à mèche de 6h00 à 24h00, oui, de six heures du matin jusqu’à minuit.  Ça les amusent;  ils redeviennent des petits enfants, des vrais gamins.   Mes amies du sud m’ont dit que ça pette même durant la nuit chez eux. Au moins, à Changchun, on peut dormir pendant 6 heures.

Je vous en reparlerai, mais aujourd’hui, je ne sais pas encore ce que je ferai pendant ces quinze jours où tout s’arrête en Chine, sauf les pétards!  Les épiceries du quartier seront même fermées pendant une semaine! 

Les jeux asiatiques d’hiver

Les jeux asiatiques d’hiver se tiendront à Changchun à partir du 28 janvier  Suivez au nouvelles sportives!  Plusieurs activités auront lieux dans le parc voisin, à quelques minutes de marches de chez moi!  Vous me verrez peut-être dans la foule!

20120903